Hier, samedi 3 novembre, La Banda FM des jeunes de Huatusco a commencé sa deuxième année au Centre Jean-Paul II, de 16h30 à 22h.

Le comité d’organisation formé de quelques jeunes, du couple de Martha et Carlos (deux Laïcs de la ‘Famille Mennaisienne des adultes’) et de F. Mario, s’était réuni il y a quelques semaines pour préparer cette rencontre et ce matin, samedi, ils ont mis au point les derniers détails culinaires pour le repas du soir.

L’objectif de la rencontre a été de faire mémoire du passé, de recevoir les nouveaux arrivants et de lancer les grandes lignes pour l’année à venir.

Les participants de la Banda FM sont des jeunes qui sont en fin d’étude du secondaire, des étudiants qui sont inscrits dans d’autres villes mais qui reviennent à Huatusco pour les vacances, ainsi que quelques jeunes professionnels ou des travailleurs de la ville. Beaucoup d’entre eux ont été animateurs de l’Arca de Noë – camps d’été pour les enfants et les adolescents de Huatusco. Suivant le conseil de Jean-Marie de la Mennais pour « avoir un cœur catholique » (universel), ils ont invité d’autres jeunes, qui participent au projet de Reconstruction du Tissu Social, dirigé par un père jésuite.

En se souvenant de ce qu’ils ont vécu, un sentiment de profonde gratitude a envahi tout le groupe. C’est émouvant de voir des jeunes qui cherchent des chemins de rencontre, de fraternité, de service envers les petits. Des jeunes qui élargissent leur regard et veulent s’engager pour que le monde change avec une foi qui ne reste pas superficielle, une foi uniquement en paroles qui finirait par fatiguer et réduire l’horizon de leur cœur.

La note la plus marquante de la rencontre a été la simplicité en tout, dans la participation et l’accueil. Les jeunes de la Banda FM de l’année passée ont donné leur témoignage. Les jeunes du projet de Reconstruction du Tissu Social nous ont aidés à créer la communion spirituelle et nous ont partagé leur art par des créations musicales. Les frères se sont sentis comme chez eux, non seulement parce c’étaient eux qui accueillaient mais parce qu’ils partageaient simplement leur vie avec les jeunes, milieu naturel pour tout Mennaisien.

Le moment de la prière a relié la foi chrétienne aux racines d’une culture ancestrale autour d’un autel maya et a renforcé les liens qui nous unissent à tant de siècles d’histoire, à la création et au  Créateur.

Le repas du soir a permis de mieux nous connaître, dans une ambiance où la parole a été sans protocole.

Je suis de plus en plus convaincu que nous serons capables d’inventer de nouveaux chemins de fraternité si nous nous reconnaissons comme fils d’un même Père, retrouvant la dynamique de l’Évangile de Jésus de nos jours.

Rester en harmonie avec les jeunes et l’Évangile permettra aux Mennaisiens de trouver la longueur d’onde voulue pour les haut-parleurs de la fraternité.

Guillermo Dávila, Huatusco