Lors d’une soirée au chalet, en 2009.

Fête ce samedi 27 avril à Dolbeau-Mistassini ! Fondateur et infatigable animateur du Camp service jeunesse, F. Marcellin Perron a été félicité et bien entouré en cette fin de semaine.

La fête de retrouvailles a commencé par une célébration eucharistique présidée par l’évêque du diocèse, Mgr René Guay, au monastère des Pères Trappistes de Dolbeau-Mistassini suivi d’un souper et une soirée dansante à la salle des Coeurs Vaillants.

En juin 1969, Frère Marcellin Perron qui enseigne la catéchèse au Juvénat Saint-Jean et à l’école Chanoine Simard organise un camp sur une fin de semaine à l’intention de ses étudiants. L’objectif ? « Susciter un meilleur épanouissement, grouper les étudiants sous la responsabilité d’éducateurs pour échanger et approfondir plusieurs thèmes, continuer la formation intégrale de ses membres et éveiller le sens de la responsabilité. Peu à peu des adultes vont aussi être accueillis pour de rencontres de fin de semaine.

« Une personne n’est pas un vase à remplir mais une source à faire jaillir ». Tel est le cœur de l’état d’esprit du Camp service jeunesse : une dynamique d’épanouissement pour vivre pleinement.

Sur les chemins de St Jacques de Compostelle.

Au fil de son itinéraire personnel et communautaire, il a participé à l’animation de camps de jeunes en Bretagne, Angleterre, à un programme d’aide humanitaire avec des Haïtiens en 1973, deux séjours de recyclage à Rome et dans plusieurs pays, puis effectué une marche de 800 kms sur le trajet de St Jacques de Compostelle en Espagne.

F. Marcellin, à droite, lors de la réception de la médaille du gouverneur du Québec.

Il a reçu en 2016 la Médaille du Lieutenant gouverneur pour l’ensemble de son œuvre.  Il a été aussi très actif pour l’entretien des installations du Camp.

F. Marcellin a été formé à la PNL Programmation-Neurolinguistique-Linguistique (PNL), à partir de 1990.

Voici les quatre propositions vécues au Camp Service jeunesse, par des jeunes et des adultes.

  1. À LA RENCONTRE DE SOI

Aider la personne à se connaître elle-même avec une démarche favorisant cette rencontre. Pour plusieurs, c’est une véritable révélation. Les participants vivent une expérience d’authenticité et de croissance personnelle, dans un climat de très grand respect, d’accueil, de confidentialité et de liberté.

  1. VIVRE SA VIE

Il s’agit toujours d’une démarche en groupe restreint dans laquelle les participants peuvent faire le point sur les valeurs qui les animent. Ils apprennent à ne pas refouler, à s’accepter, à faire confiance, à être libre et à vivre intensément le moment présent.

Lors des rencontres du Camp Service jeunesse.

  1. À LA RENCONTRE DE L’AUTRE

Les participants apprennent à accueillir l’autre en soi, à l’écouter, à échanger avec lui, à lui faire confiance. Ceci l’amène à aimer et à appeler les autres à la vie.

  1. À LA RENCONTRE DE DIEU

Cette fin de semaine est offerte depuis 1996. C’est une démarche qui amène les participants à découvrir le rêve de Dieu sur lui (elle). Cela se fait à travers les trois étapes de la Prière d’Alliance et l’adoration nocturne. Découvrir sa Mission permet de recentrer sa vie et de goûter une paix profonde.

A présent, depuis 2017, la relève est assurée par des Laïques mennaisiens :  Brigitte Pelchat, Paul-Marcel Crosnier, Line Rousseau, Suzanne Dubeau.

Voici ce qu’écrivait F. Marcellin au terme de ses dix années de formation:

« J’ai découvert et expérimenté combien il est difficile mais fructueux de se donner, de donner de sa vie pour faire plaisir aux autres et en eux à Jésus-Christ. L’amour de Dieu par le service du prochain, voilà je pense la meilleure façon d’être heureux et de semer la joie autour de soi. Et si paradoxal que cela puisse paraître, on acquiert plus en donnant qu’en recevant. »

Remerciements à Jean-Marc Paradis pour des informations.