Frères et laïcs sont réunis à Luján, Province de Buenos Aires, Argentine, du 6 au 10 juillet.

L’objectif est de définir les fondements, priorités et orientations de ce nouveau district.

En mars, F. Benito Zampedri a été nommé Visiteur du District pour un mandat de 3 ans. F. Benito était jusqu’alors Provincial de la Province de l’Inmaculada Concepción : Argentine-Uruguay.

Frère Felix CORADA, est nommé Visiteur-adjoint du District du Cono Sur, pour un mandat de 3 ans. F. Felix Corada est basé au Colegio Luis Espinal à El Alto, Bolivie.

De nombreuses rencontres de préparation ont eu lieu ces dernières années dont celle de mai 2019 dont sont extraites ces photos.

Dans sa lettre à la Famille mennaisienne, en mars dernier, F. Bénito écrit :

« La vie frappe à ma porte, elle m’appelle.

La vie me pousse à avancer, elle me pousse.

Elle me demande encore plus, elle demande protection

elle veut des mains tendues, elle me demande tant.

Elle me demande un rêve sincère

elle me demande des frères,

elle me demande des fleurs à naître

elle me demande des liens à tisser.

Elle est mon fer de lance

elle demande un chant

pour appeler les choses par leur nom

elle veut tant.

Teresa Parodi, CONVICTION

« J’en appelle à la poésie de Teresa Parodi pour exprimer ma pensée. La vie frappe à ma porte, elle m’appelle. La vie me pousse à avancer, elle me pousse. Elle me demande encore plus. Je sens que la vie frappe et continue de frapper à ma porte, que la vie me pousse et me pousse toujours bien au-delà du connu, du familier, de ce qui m’est proche, etc. et quand je sens que cela fait déjà beaucoup, elle me demande encore plus, elle demande tant.

C’est ce que je ressens. Je sens que la vie, que le Seigneur, à travers mes frères, me pousse à davantage : Il me demande protection, il veut des mains tendues, il me demande des frères et des sœurs, il me demande des liens nouveaux pour le nouveau District.

Ce que je vis dans ma propre chair, je suis bien conscient que nous tous, qui formons la Famille Mennaisienne du ‘Cono Sur’, ressentons la même chose d’une manière ou d’une autre, car la tâche de construction de la nouvelle réalité est l’affaire de tous, de chacun là où il se trouve, là où se trouve sa mission.

Et la demande vient ensuite : Un rêve sincère, des fleurs à naître, des fers de lance et un chant… Dieu Seul dans le temps, Dieu Seul dans l’éternité, Dieu Seul en chaque chose, aujourd’hui, Dieu Seul ! Dieu Seul !

Comme l’affirme Stephen Covey, « Les choses passent deux fois, d’abord dans la tête (on pense, on rêve, on échafaude) puis dans la réalité. Si la première n’a pas lieu, il sera difficile d’arriver à la deuxième. » C’est pour cela qu’il est nécessaire de rêver.

Lors de la rencontre préparatoire de mai dernier.

Et je rêve d’une Famille Mennaisienne qui, à partir de l’éducation, encourage et prend soin de la vie des plus petits ; s’inquiète de la croissance dans l’identité charismatique et non dans l’identité numérique; devient contagion pour les autres, contagion ou grâce de vivre à la suite de Jésus selon le style mennaisien comme frère, comme laïc ou comme laïque et qui crée des liens de fraternité vers l’intérieur et vers les frontières. Et toi, à quoi rêves-tu ?

Nous sommes invités aux 200 ans du Traité d’Union à être auteurs d’un autre traité d’union, distinct du premier, mais qui contient les mêmes caractéristiques et les mêmes conséquences, la même confiance en la Providence, le même renoncement à son propre projet, un profond sentiment de collaboration, au service des plus petits, pour la mission, pour faire connaître et aimer Jésus-Christ et le tout à la façon de la Famille Mennaisienne.

Jean-Marie de la Mennais et Gabriel Deshayes ont donné naissance à la Famille que nous sommes parce que, conduits par l’Esprit, ils ont mis leur appel, leurs projets et leurs réponses en commun. Deux personnes toutes différentes mais liées absolument par la même mission. Aujourd’hui, nous sommes invités, chacun selon son chemin parcouru, à former un District. Ni meilleur ni pire, différent tout simplement.

Les Frères d’Argentine, Uruguay, Chili et Bolivie réunis en mai dernier.

L’unité dépend de nous, oui. Il dépende de Lui, oui. Il dépend de chacun d’entre nous, il dépend même de chacun d’entre nous, capable de générer, pour répondre dans la fidélité et la nouveauté à l’appel Dieu à vivre comme Jésus, notre Maître et notre Pasteur au milieu des enfants et des jeunes, avec une préférence pour les plus petits. (…)

Dans notre fragilité nous nous savons accompagnés et soutenus par la Famille Mennaisienne, c’est un signe d’espérance, une richesse au pluriel. Elle nous interpelle dans sa fécondité, dans son audace et ses engagements. (…)

En résumé, nous sommes invités à partager nos recherches, nos intuitions, nos chemins, nos défis lors de la célébration du Chapitre régional qui sera l’acte fondateur de notre nouvelle réalité.

Les uns et les autres, confions-nous à la prière de toute la Famille. »

Hno Benito

Prière pour le ‘Cono Sur’

Seigneur Jésus,

Toi qui as dit : « Que tous soient un »,

Nous te rendons grâce pour nous avoir appelés à l’unité.

C’est un appel à sortir de nos schémas et nos sécurités

une invitation aussi à construire une province mennaisienne dans le ‘Cono Sur’.

Tu connais nos résistances et nos insécurités,

tu connais nos rêves et nos désirs ;

tu n’ignores pas nos limites et nos pauvretés

c’est donc aussi à partir de tout cela que tu veux gérer la nouvelle réalité.

Nous faisons confiance à Marie

partie à la rencontre de la vie qui crie au dehors.

Fais de la Famille Mennaisienne un corps pour la mission

qui saura prendre soin de la vie des plus petits du ‘Cono Sur’. Amen.