F. Hervé : « Nous devons nous donner la main pour vaincre ce mal et semer la joie ».

A l’heure où les réalités sanitaires continuent à bousculer fortement la vie du monde, Frère Hervé Zamor, Supérieur général des Frères de l’Instruction Chrétienne – La Mennais, présente ici un tour d’horizon en réagissant sur les difficultés de tous ordres et les joies vécues dans la Congrégation et la Famille mennaisienne, au fil des réalités des écoles, des centres éducatifs et des communautés. Une parole forte, en vérité, qui met l’accent sur les raisons d’être confiants.  Lisez si vous voulez être stimulés positivement !

Crise sanitaire. « Quittons l’individualisme ! Mettons-nous à l’action ensemble »

« Pour les jeunes, les Frères, nos familles, cette crise est un appel à une solidarité fondamentale. Les situations sont différentes d’un pays à l’autre et cela évolue tous les jours. Nous devons nous donner la main pour vaincre ce mal et semer la joie. Chacun faisant sa part, nous pouvons tous le repousser en étant attentifs à l’autre, en respectant les gestes barrières, en prenant soin des malades.

Cela aide le monde à quitter l’individualisme qui tue l’autre et nous tue nous-mêmes ! Nous avons besoin de casser cette réalité par la solidarité, la compassion, l’attention et le lieu idéal pour le vivre ce sont nos communautés, nos écoles. 

Eduquons à la solidarité dans nos écoles et communautés. Ici au Lycée St Athanase, Marquises.

 

Rencontre de Frères du District Divine Providence – Argentine, Uruguay, Chili et Bolivie.

 

Animateurs de l’association éducative Estival, France.

Eduquons à cette solidarité positive et mettons-nous ensemble pour traverser cette crise. C’est à cela que j’appelle chacun. Donnons-nous la main pour gagner ce combat !»

Des œuvres ferment, de nouvelles pages s’ouvrent. La vie est là !

« C’est dans les moments difficiles de son histoire que la Congrégation a été très missionnaire.  Oui nous quittons Walsh University aux Etats-Unis, nous fermons des écoles à Derval –France-, à Southampton – Angleterre, des communautés à Hennebont – France, la maison de Castelgandolfo en Italie… Ne nous arrêtons pas au nombre d’œuvres ou aux bâtiments ! C’est la fidélité de chaque Frère à sa vocation qui est primordiale. 

Regardons en même temps ce qui se vit ailleurs : l’arrivée d’un postulant au Mexique, l’ouverture d’une nouvelle communauté au Kenya et de deux autres en Ouganda, le projet d’une troisième communauté en Indonésie : la vie est là !                                                  

Frère Hervé au milieu des enfants pour semer la joie!

Je me rappelle souvent cette image du F. Merino, ancien assistant. « Quand les puits sont secs, il faut aller ailleurs pour en creuser d’autres« . C’est la volonté du Seigneur. La stérilité appelle à fonder. C’est traverser la mort pour ressusciter. Le grain qui meurt jaillit ailleurs en portant du fruit. Les chemins du Seigneur peuvent être pleins de mystères. L’on peut penser que tout est fini, c’est l’icône de Marie et Elisabeth : c’est notre vie. » 

Des projets de fondation missionnaire

Les Supérieurs majeurs, traducteurs et collaborateurs, réunis via zoom.

« Lors de nos rencontres –via zoom- des Supérieurs majeurs des Provinces et Districts de la Congrégation, nous avons continué notre réflexion concernant des projets de fondations missionnaires, en tenant compte bien sûr des réalités sanitaires. Je rappelle que notre projet est de favoriser d’ici 2024 la fondation d’une nouvelle implantation sur chaque continent.

Les membres du Conseil général. De gauche à droite : FF. Jean-Paul PEUZE, 1er Assistant, Miguel ARISTONDO, Assistant, Hervé ZAMOR, Supérieur général, Vincent SSEKATE, Assistant.

Pour l’heure, concernant l’Asie, une visite de reconnaissance a été menée à Timor Leste, le pays le plus pauvre du continent. Les contacts sont encourageants. D’autres contacts sont à venir au Vietnam.

Au sujet de l’Afrique, une visite a eu lieu au Nord Ghana et des contacts, avec le Burkina Faso. Tout cela demande à être discerné. La future conférence d’Afrique sera un lieu majeur pour cela. 

Quant à l’Europe et l’Amérique, des réflexions sont en cours également, avec une perspective moins rapprochée. »

Laïcs associés à la Congrégation : l’Église donne un nouveau souffle

« L’Église encourage les Laïcs qui sentent un appel  à s’associer à la Congrégation et à marcher avec elle : c’est le sens du décret du Vatican qui vient de paraître et qui a approuvé les Statuts de l’Association « Laïcs Associés Mennaisiens ». C’est une confirmation des liens avec les Laïcs.

Par cette approbation, l’Église dit clairement que c’est un chemin de sainteté pour les Laïcs qui veulent entreprendre de vivre selon la spiritualité de Jean-Marie de la Mennais. Elle invite à développer des liens fraternels et à vivre cette appartenance comme une vocation.

L’Église indique un chemin et encourage à faire un pas pour ceux qui le souhaitent et qui désirent aller plus loin. Elle dit en somme aux Frères : « Vous avez reçu un don et les Laïcs peuvent le partager et le faire fructifier ».

Ce décret ne change rien concrètement, c’est la confirmation d’un parcours. Face aux éventuels risques de tourner en rond, un cheminement est proposé. Chacun sait à quoi il s’engage pour aller plus loin. Cela va favoriser la croissance. 

Assemblée de la Famille Mennaisienne. Ici, à Auray, à la chapelle du Père éternel, 2015.

Attention, pour autant la Famille Mennaisienne ne se résume pas aux Laïcs associés et ce n’est pas une quelconque promotion, c’est un chemin ! Et les Frères qui accompagnent les Laïcs font le chemin ensemble, nous voulons vivre « en mode Famille Mennaisienne », nous faisons route avec eux.

En Haïti par exemple, j’ai connu les débuts de la Famille Mennaisienne, il y avait une certaine méfiance ou des peurs. Petit à petit, beaucoup de choses ont changé dans la vie des Frères et des Laïcs, nous comptons ainsi les uns sur les autres. »

« Prier Marie » : un cadeau à la Famille Mennaisienne à l’occasion des 200 ans 

« Nous – le Conseil général, ici réuni avec F. Hervé ASSE, secrétaire général- avons souhaité faire un cadeau à la Famille Mennaisienne. »

« Nous – le Conseil général – voulions offrir un cadeau à la Famille Mennaisienne. Je me suis demandé : quel cadeau Jean-Marie de la Mennais  aurait offert à ses Frères ? Il aurait offert Marie à ses Frères. C’est notre Mère, notre Patronne. Avec le conseil nous avons alors décidé d’offrir Marie sous la forme d’un livret. C’est une occasion d’encourager les Frères et les Laïcs à accueillir Marie chez eux.

Marie est  un modèle de don total, les Frères sont consacrés à Marie. C’est une occasion de raviver l’amour de la Vierge. J’ai toujours été frappé par la fidélité de nombreux Frères à Marie. Cela me touche beaucoup. Aller à Jésus par Marie.

Je crois beaucoup à la prière toute simple du chapelet. En le disant chaque jour c’est comme si j’offrais des roses à ma maman. Je sais que Marie est pour beaucoup dans tout ce que nous vivons avec confiance aujourd’hui. Elle nous conduit à Jésus. »

Recueilli par Michel Tanguy, directeur de l’information