OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Mgr d’Ornellas, archevêque de Rennes, Dol et Saint-Malo

« Fondez des Patros inspirés par Jean-Marie de la Mennais et Don Bosco ! »

A l’issue de la bénédiction du vitrail du F. Cyprien – 1er supérieur général de la Congrégation et successeur du père de La Mennais – à la chapelle des Domaines de Maure de Bretagne, France, le 15 août dernier, Mgr Pierre d’Ornellas -archevêque de Rennes, Dol et Saint-Malo- a accordé une interview spéciale à La Mennais Magazine. Il fait part ici, tour à tour, de son regard sur Jean-Marie de la Mennais, sur les Frères et leur mission aujourd’hui. Il lance  aussi un appel aux Frères et laïcs de la Famille Mennaisienne afin de fonder des Patros. En cette rentrée scolaire dans nombre de pays, il adresse également un message aux enfants et aux jeunes, aux éducateurs et aux enseignants. Des propos stimulants qui invitent au large.

Jean-Marie de la Mennais. « Deux choses me  frappent chez Jean-Marie de la Mennais : sa perception de la pédagogie de Dieu et une connaissance de Dieu qui n’est pas banale. Il transpose pour que la pédagogie de Dieu soit une lumière pour l’éducation. Il n’est pas un stratège en psychologie, mais un héraut de la pédagogie de Dieu qu’il incarne dans une manière éducative des Frères. »

Donner le goût. « De même que Dieu a suffisamment de génie pour permettre à chaque enfant de devenir un enfant de Dieu, de même les Frères et les laïcs engagés avec eux vivent une confiance a priori portée vis-à-vis de chaque jeune. La foi chrétienne permet de voir avec joie chaque jeune et ses talents. C’est la confiance dans le jeune qui suscite service et désintéressement pour sa croissance. L’éducateur en donne le goût à d’autres, comme le Frère de l’école de Maure de Bretagne l’a donné au jeune Pierre Chevreau devenu ensuite F. Cyprien qui, dès l’enfance, venait prier dans la chapelle des Domaines. »

Tellement besoin de Frères pour aujourd’hui. « Aujourd’hui, nous avons particulièrement besoin de Frères éducateurs. Cela est tellement important que des hommes soient consacrés à Dieu pour l’œuvre de l’éducation. Personne ne peut vivre sans éducation. Chaque bébé venant au monde est livré à l’acte éducatif qu’il reçoit. Une maman qui regarde son enfant et lui donne à manger réalise un acte d’amour qui éduque. On comprend alors que Dieu appelle des hommes et des femmes à cette tâche éducative d’autant plus que les situations de nombre de familles sont fragiles. La crise des vocations et notamment des vocations de Frères résulte d’une crise de la foi, d’une crise de l’écoute de Dieu. Par ailleurs, il y a une forte prise en charge de l’éducation par la collectivité publique,  mais rien ne remplacera la présence de ceux qui se consacrent à Dieu pour l’œuvre éducative. La consécration à Dieu a un prix infini. Elle est signe de la valeur de l’éducation dont des hommes et des femmes mariés font aujourd’hui leur métier. »

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Pensons à des patros où les enfants et les jeunes trouveront une proposition éducative avec joie et foi, une aventure sportive et de la solidarité.

Des patros inspirés par JMLM et Don Bosco. « En réfléchissant aux besoins éducatifs actuels, je me permets une suggestion aux Frères et laïcs de la Famille mennaisienne. Pourquoi le charisme de Jean-Marie de la Mennais et celui de Don Bosco ne pourraient-ils pas se conjuguer ensemble ? Pourquoi pas des fondations hors des écoles proprement dites ou en lien avec l’école ?  Les deux charismes se complètent. Les œuvres éducatives dépassent l’œuvre scolaire. Beaucoup d’écoles de l’enseignement catholique en Bretagne ont été fondées par les Frères, mais le cadre de l’école ne suffit plus aujourd’hui pour l’éducation. Bien sûr les écoles sont nécessaires, mais pensons aujourd’hui à l’émergence de patros  où les enfants et les jeunes trouveront autre chose. Ce serait une  proposition éducative dans laquelle joie et foi peuvent se marier, de même qu’aventure sportive et action de solidarité pour les plus pauvres, croissance personnelle et responsabilité des autres, etc. »

Dociles à l’Esprit et non aux habitudes ! « Si tel ou tel Frère ou des laïcs sentent  en eux un appel à promouvoir un patro, je ne crois pas que cela soit contraire à l’esprit de la fondation. Je les invite à y réfléchir en étant dociles à l’Esprit Saint et non pas aux habitudes ! Faisons attention aux nouveautés qu‘Il fait surgir. »

Sur le chemin de l’école. « En ce temps de rentrée, je pense aux enfants et aux jeunes, aux éducateurs et aux enseignants qui reprennent le chemin de l’école. Une nouvelle année scolaire est à recevoir comme un don que Dieu fait à chacun pour grandir sur le chemin de la sainteté ! »

Message aux jeunes et aux éducateurs

img_0105

A chaque enfant et à chaque jeune. « J’invite chaque enfant et chaque jeune à se dépenser et à se dépasser dans des projets qui  invitent au don de soi et à la découverte de l’intériorité. J’ai envie de dire à chacun : ne te précipite pas sur les écrans, et quel projet as-tu pour les autres ? L’intériorité veut aussi dire enthousiasme dans le don de toi-même. N’oublie pas de prier chaque jour en faisant le signe de la croix, c’est la plus belle des prières ! Essaie d’accompagner avec joie ceux qui, autour de toi, demandent le Baptême. N’hésite pas à être témoin de Jésus auprès de tes camarades. Jésus est le meilleur ami de tous. Lui a vécu le don de lui-même pour les autres.  Cela ne passe « pas par le canapé, mais par le fait de mettre ses chaussures » comme vient de dire le Pape François aux JMJ.  Jésus te dit : «  Que ma joie soit en toi ! » Il y a tellement de joie dans le don de soi ! »

A chaque éducateur et enseignant.  « Si vous êtes chrétien, n’oubliez pas de prier l’Esprit Saint. C’est Lui qui permet de discerner le beau, le bon, le juste, la sainteté chez un jeune et c’est cela qu’il faut faire grandir. Cela permet de respecter la liberté du jeune. Il faut accepter qu’un jeune soit plus intelligent que l’éducateur, même si c’est une intelligence pratique qui pourrait décevoir l’éducateur rêvant d’une intelligence savante. Simone Weil – la philosophe – aimait dire : « Il y a du génie dans chaque être. » Le bon éducateur sait découvrir ce génie. N’hésitez pas à parler de Dieu, les jeunes ont soif de témoins, ils ont plus que jamais besoin de repères dans le domaine religieux. C’est beau de voir un éducateur oser dire : « Je crois en Dieu et en son amour pour chacun d’entre nous. »

Recueilli par Michel Tanguy