EVENEMENTS… mois après mois… il y a 200 ans :

JUILLET : Signature d’un nouveau Concordat

Tombe de Mgr Cafarelli, St-Brieuc

Le 11 juin 1817, après trois années de pourparlers entre l’ambassadeur de France à Rome et le cardinal Consalvi, aux noms de Louis XVIII et de Pie VII, un nouveau concordat est signé. Il abroge celui de 1801 et revient aux principales dispositions du Concordat de 1516 avec, cependant, quelques restrictions.

Ce Concordat prévoyait 72 diocèses dont le rétablissement de celui de Saint-Malo. N’ayant pas été validé, il n’est jamais entré en vigueur et la France est donc restée sous le régime du Concordat de 1801 jusqu’à la loi de séparation de 1905.

Le 11 octobre, la liste définitive des évêques nommés aux postes vacants était connue. Mgr Groing de la Romagère est nommé à Saint-Brieuc, mais il ne prendra possession de ses fonctions que le 15 novembre 1819.

Devant l’imminence de la nomination du nouvel évêque, les vicaires capitulaires sursoient à un certain nombre de décisions.

Cf CGI, L607, 610, 611.


Début juin 1817 : deuxième rencontre entre Gabriel Deshayes et Jean-Marie de la Mennais

Fin mai ou début juin 1817 (la Correspondance Générale de Jean-Marie de la Mennais comporte un vide entre le 4 et le 11 juin), M. de la Mennais se déplace dans le Morbihan et voit, entre autres, M. Deshayes en recherche de trois aspirants pour le noviciat des Frères des Écoles chrétiennes, condition indispensable pour la venue des Frères à Saint-Brieuc.

Une lettre de l’abbé Tresvaux, récemment nommé par le Vicaire capitulaire à la cure de la Roche-Derrien, confirme ce passage. Le 15 juin 1817, il écrivait à M. de la Mennais : « J’ai fait, il y huit jours, le voyage de Sainte-Anne (d’Auray) et de Vannes… J’ai été enchanté de la charité de MM. les ecclésiastiques que j’ai rencontrés. Ils ne vous ont pas oublié et le supérieur de

Sainte-Anne m’a chargé de vous dire qu’il serait très aise que vous voulussiez bien réitérer vos visites. »

Cette visite rendue à Gabriel Deshayes montre bien l’intérêt que M. de la Mennais portait à la venue des Frères des Écoles chrétiennes à Saint-Brieuc.

Les trois sujets demandés par les Frères des Écoles chrétiennes entrent au noviciat, le premier en juillet, les deux autres en septembre. (CG II, L743).

Cf Laveille I, p 181, Études Mennaisiennes n°5, p 38.


10 MAI 1817 : Première rencontre entre Jean-Marie de la Mennais et Gabriel Deshayes

Rue Saint-Gilles, Saint-Brieuc

Le 10 mai 1817, Gabriel Deshayes apostille une lettre de Jean-Marie de la Mennais au frère Gerbaud, supérieur général des Frères des Écoles chrétiennes, en ces termes : «  M. de la Mennais me prie de me joindre à lui pour vous engager à accorder à la ville de Saint-Brieuc un établissement de vos frères. C’est avec le plus grand plaisir que je me rends à son invitation… »

Cette date situe la première rencontre de nos deux fondateurs. D’après le frère Célestin-Paul Cueff (EM N°5), le curé d’Auray, Gabriel Deshayes, vicaire général de Vannes et l’abbé de La Mennais, vicaire capitulaire de Saint-Brieuc, se connaissaient de réputation, ne serait-ce que par la Presse, en particulier « L’ami de la religion » qui avait publié le 1er juin 1816 un article consacré aux œuvres de charité du curé d’Auray.

Mais que venait faire Gabriel Deshayes à Saint-Brieuc, le 10 mai 1817 ? Le frère Augustin Auvray affirme : « Les deux fondateurs se sont écrit et M. Deshayes s’est transporté à Saint-Brieuc pour communiquer sa pensée à M. de la Mennais […] C’était en 1817. » Et le journaliste Louis de Kergorlay, suite à  son entretien avec Jean-Marie de la Mennais en 1849, affirme : « Ayant eu notion des travaux de l’administrateur du diocèse de Saint-Brieuc dont il était inconnu, (M. Deshayes) vint spontanément le trouver. »

Faute d’autres explications, on doit accueillir ces témoignages, et y reconnaître certainement le doigt de la Providence qui a favorisé cette rencontre si capitale pour les débuts de notre Congrégation.

Cf Études Mennaisiennes 5, p 36-37 ; Correspondance Générale I, L 579,p 522.

BICENTENAIRE DE LA CONGREGATION


Afficher plus


Deux dates importantes, deux événements fondateurs :

  • 6 juin 1819 : Signature du Traité d’Union par Jean-Marie de La Mennais et Gabriel Deshayes
  • 9-20 septembre 1820 : Grande retraite commune d’Auray en présence de nos deux fondateurs.

Le 6 juin 2019, nous célébrerons le 200ème anniversaire de la signature du « Traité d’Union » de nos fondateurs.

En septembre 2020, ce sera la célébration du 200ème anniversaire de la 1ère retraite de nos premiers Frères en présence des deux fondateurs. À cette occasion ils reçurent la première Règle, la soutane, le crucifix, le nom : Frères de l’Instruction Chrétienne, et la devise : Dieu Seul.

Nous avons décidé de célébrer cet événement en rendant grâce pour le passé de notre Congrégation qui, malgré les épreuves, n’a cessé de donner le témoignage de Frères réunis à la suite de Jésus, pour l’éducation des petits et des pauvres.
Nous célébrerons aussi cet anniversaire avec un nouvel esprit missionnaire. C’est pourquoi nous avons choisi le slogan : « Une nouvelle page ». Nous souhaitons que cette célébration soit l’occasion d’écouter les appels de l’Esprit et de partir sur de nouveaux terrains de mission.


 CALENDRIER DU BICENTENAIRE :

6 juin 2017 :

Lancement de la 1ère année, avec le thème : Discerner ensemble. Nous chercherons à suivre nos deux fondateurs qui ont cherché, chacun de son côté, à répondre aux appels de Dieu, mais qui ont décidé de le faire ensemble lorsqu’il leur est apparu que Dieu le leur demandait. Cette première année nous préparera directement au Chapitre général de mars 2018.

6 juin 2018 :

Lancement de la 2ème année, avec le thème : Appeler des disciples. Nous porterons cette question fondamentale : de quels disciples avons-nous besoin, et pour quelle mission ?

6 juin 2019 :

Lancement de l’année du bicentenaire, avec le thème : Partir pour la mission. Cette année s’achèvera le 20 septembre 2020, anniversaire de la clôture de la retraite d’Auray. Nous chercherons donc à nous laisser entraîner sur les chemins du monde, à l’appel de l’Esprit.